Thierry et Lionel, en charge de l'équipe de dameurs du domaine skiable de Serre-Chevalier

« Les lisseurs de l’éphémère » du domaine skiable de Serre Chevalier

Nous sommes allés à la rencontre de deux dameurs du domaine skiable, Thierry et Lionel, ces chauffeurs des véhicules qui préparent les pistes; dont vous scrutiez sans doute, les yeux ébahis, les lueurs impressionnantes des phares qui sillonnent les pistes même les plus pentues la nuit tombée.

Thierry et Lionel, en charge de l'équipe de dameurs du domaine skiable de Serre-Chevalier

Thierry et Lionel, en charge de l’équipe de dameurs du domaine skiable de Serre-Chevalier

Véritable métier de passion et de vocation, ils ont accepté de témoigner sur les dessous de la profession de dameur: Comment s’organisent-ils afin de proposer aux skieurs les meilleures conditions possibles ? Quelles technologies utilisent-ils aujourd’hui par rapport aux prémices du ski ?

« Les lisseurs de l’éphémère », voici le nom qu’on leur donne car c’est chaque jour plus de 25 dameurs qui œuvrent pour préparer la neige et les pistes afin de fournir aux vacanciers une neige de qualité, durable tout le long de la saison d’hiver jusqu’au Printemps sur le domaine skiable de Serre-Chevalier.  Ils sont d’ailleurs 38 dameurs en tout sur la saison, 20 chaque nuit de 17h à 1h30 et 5 à 7 les matins de 2h à 10h30. Ces conditions de travail demandent au métier de dameur une organisation de vie particulière et un esprit d’équipe à toute épreuve, qui sont cependant bien récompensés par les levers de soleil imprenables réservés exclusivement aux professionnels du métier.

Dameuses du domaine skiable de Serre-Chevalier

Un dameur et sa dameuse treuil. © Stef Candé.

Authentiques techniciens des neiges, ils utilisent des moyens de brassage, lissage, égouttage différents tout au long de la saison, en fonction des périodes et de la fraîcheur de la neige pour que celle-ci soit la plus douce et agréable à skier possible. Les premières chutes de neiges étant plus humides, ce sont elles qui gèlent le plus facilement à cause des températures négatives, d’où la nécessité de la laisser « s’égoutter » pour faire diminuer sa teneur en eau qui forme une couche de verglas si elle est trop tassée.

Aussi, le damage influe de manière significative sur la façon dont les clients vont skier. Très à l’écoute des ressentis des skieurs du domaine, les dameurs offrent quotidiennement des pistes damées pour satisfaire les besoins de chacun. Certaines pistes d’ailleurs, ne sont jamais damées (les espaces « brut de neige ») pour laisser à certains le plaisir des bosses ou de la poudreuse, plus praticable aujourd’hui avec les nouvelles technologies du matériel des skieurs.

Réactivité, inventivité et flexibilité sont les maître-mots du dameur. Lutter contre les aléas météorologiques, les pannes des machines est un combat de tous les jours et demande une organisation de plus en plus poussée technologiquement afin d’offrir coûte que coûte une neige de qualité en optimisant au plus possible les consommations énergétiques. D’ailleurs, le domaine skiable de Serre-Chevalier était précurseur dans les Alpes, parmi 4 stations en France, à opter pour une dameuse hybride qui réduit la consommation de fioul de plus de 10litres par heure par rapport à un modèle standard. Lorsqu’on apprend que 650 000 litres de fioul sont utilisés chaque saison pour les dameuses, cette avancée technologique paraît aujourd’hui comme nécessaire afin de préserver au maximum le milieu naturel montagnard du domaine skiable de Serre-Chevalier.

dameurs serre chevalier domaine skiable

L’équipe des dameurs de Serre-Chevalier Domaine Skiable. © Stef Candé.

Cette entrée a été postée Non classé par SCV.

3 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Google+